Fr

En
Fermer

Vous êtes:

E-mail:

Mot de passe:

Mot de passe oublié

Connexion effectuée.

Identifiant et/ou mot de passe invalide.

Fermer


Fermer

Haut

Infos :

Quarraisha Abdool Karim, la scientifique qui combat les épidémies


Quarraisha Abdool Karim est une épidémiologiste sud-africaine spécialisée en maladies infectieuses. Ses travaux portent principalement sur la prévention et le traitement du SIDA, notamment en Afrique du Sud, un pays qui affiche encore un taux de contamination élevé au VIH.

Titulaire d’un diplôme en parasitologie de l’Université de Columbia (USA) et d’un doctorat en médecine de l’Université de Natal en Afrique du sud, elle est professeure d’épidémiologie clinique à l’Université de Columbia aux Etats-Unis et de santé publique à l’Ecole de médecine Nelson Mandela à l’Université de KwaZulu-Natal. Quarraisha Abdool Karim est également co-fondatrice et directrice scientifique associée au Centre de recherche sur le SIDA en Afrique du Sud (CAPRISA). En près de 30 ans de carrière, cette scientifique sud-africaine a axé ses recherches principalement sur l’évolution de l’épidémie du VIH en Afrique du sud, les mécanismes d’infection, de propagation et de prévention de la maladie chez les adolescentes.

Recherche sur le SIDA en faveur de la femme

Au début des années 90, l’épidémie du VIH se développe considérablement en Afrique du sud. A cette époque, elle étudie la transmission du virus en fonction du genre et de l’âge. Il se trouve qu’en Afrique du Sud, les femmes sont trois fois plus susceptibles que les hommes d’être infectées et sont confrontées à la difficulté de se protéger en cas de réticence du mari de porter un préservatif. Alors que les seuls moyens de prévention de cette maladie sexuellement transmissible qui existent ne sont que du ressort des hommes (préservatifs), elle s’emploie à explorer d’autres voies pour permettre aux femmes d’avoir leurs propres moyens de prévention contre le VIH. Avec une équipe de chercheurs, elle mène une étude dont les résultats sont publiés dans la revue américaine « Science » et dans laquelle elle souligne l’efficacité d’un gel antirétroviral, microbicide, à base de Ténofovir, dans la réduction de la transmission du VIH à 39% chez les femmes. En 2010, ladite Revue classe cette découverte au Top10 du palmarès des avancées scientifiques de l’année.

Engagée pour éradiquer la tuberculose

En plus de ses recherches sur le SIDA, elle mène également des travaux sur la tuberculose, classée comme une urgence nationale en Afrique du Sud en 2007. Avec une équipe de chercheurs, elle propose au gouvernement sud africain, à travers un article publié dans le « Lancet Journal », une approche en quatre étapes pour la lutte antituberculeuse, la prévention et le traitement du VIH axée sur la volonté politique, la mobilisation sociale, les ressources humaines et financières adéquates et un développement durable des services de santé. Avec des chercheurs du CAPRISA, elle démontre également dans une étude qu’elle publie dans le « New England Journal of medecine », que la combinaison de traitements contre le VIH et la tuberculose peut réduire de plus de moitié le taux de mortalité des personnes infectées par les deux maladies.

Actuellement, Quarraisha Abdool Karim poursuit ses recherches sur le SIDA en Afrique du Sud. En raison de ses nombreux travaux sur le SIDA, l’ex-directeur exécutif d’ONUSIDA, Michel Sidibé, l’a désignée en 2017, ambassadrice de l’ONUSIDA pour les jeunes et le VIH. En 2016, la Fondation L’Oréal pour les femmes et la Science lui a décerné le Prix L’Oréal-UNESCO pour «la prévention et le traitement du VIH auprès des femmes africaines ». Elle a reçu, en 2014, le Prix TWAS-Lenovo Science octroyé par l’entreprise chinoise Lenovo et en 2013, «l’Ordre de Mapungubwe » (bronze), une distinction honorifique décernée par le président de l’Afrique du Sud .