Fr

En
Fermer

Vous êtes:

E-mail:

Mot de passe:

Mot de passe oublié

Connexion effectuée.

Identifiant et/ou mot de passe invalide.

Fermer


Fermer

Haut

Infos :

Folorunsho Alakija, une businesswoman qui brise les codes


Folorunsho Alakija est une femme d’affaires et philanthrope nigériane. Au début des années 1990, elle décide d’investir dans l’industrie pétrolière, un milieu essentiellement masculin. Elle y fait fortune et devient la 2e Africaine la plus riche au monde, selon le classement Forbes 2020.

 Si Folorunsho Alakija fait aujourd’hui partie des 20 Africains les plus riches au monde, c’est en grande partie en raison de son courage et de sa capacité à prendre des risques. Au début des années 70, elle mène une carrière florissante en tant que secrétaire exécutive au sein de l’ « International Merchant Bank » du Nigeria. Après y avoir passé douze années, Folorunsho décide de faire volte-face dans sa carrière pour embrasser sa passion : la mode. Destination, Londres où elle s’inscrit à l’American College de Londres et la Central school of fashion pour étudier la mode.

Diplôme en poche, elle retourne à Lagos et lance sa marque de vêtements, « Supreme Stitches », qui s’adresse à des clients privilégiés. Le succès est au rendez-vous. En 1986, trois ans après avoir lancé son label, elle est sacrée meilleure designer et styliste de l’année. Mais son ambition ne s’arrête pas là.

En 1991, elle explore un tout autre domaine, le secteur de l’impression. Elle crée Digital reality, une entreprise qui imprime, entre autres des ouvrages religieux…

En 1993, la femme d’affaires se lance dans une toute autre aventure. Elle décide d’investir dans l’achat d’un terrain pétrolifère, au moment où le gouvernement de Lagos donne la possibilité aux Nigérians aisés d’acheter des gisements pétroliers pour nationaliser l’économie pétrolière. Tandis que plusieurs acquéreurs revendent leurs blocs pétroliers, Folorunsho préfère l’exploiter elle-même. C’est ainsi qu’elle crée sa compagnie d’extraction pétrolière, Famfa Oil limited, qu’elle gère avec son mari Modupe Alakija qui occupe le poste de président. Elle décroche une licence d’exploitation des gisements offshore les plus rentables du Nigéria. En 1996, sa compagnie intègre la société pétrolière nord-américaine Texaco. Par la suite, elle signe également des partenariats avec Chevron et Petrobras, deux compagnies pétrolières américaines.

Aujourd’hui, selon le classement Forbes 2020, la fortune de la businesswoman est estimée à 1 milliard de dollars. En 2012, la milliardaire nigériane a détrôné l’animatrice américaine Oprah Winfrey en devenant la femme noire la plus riche au monde.

En plus d’être entrepreneure, Folorunsho Alakija est aussi philanthrope. En 2005, elle a créé la fondation « Rose of sharon » pour accompagner les veuves et orphelins en Afrique. Au cours des dix dernières, l’organisme a contribué à autonomiser près de trois mille veuves et leurs enfants, notamment en octroyant aux jeunes des bourses pour les encourager à la création d’entreprise.